Quelques-uns de nos groupes en formation

ENRICHISSEMENT - Secourisme et soins pédiatriques

Informations



L'éducatrice vivant un évenement tragique. Tiré de notre formation adaptée à la petite enfance & notre clientèle scolaire

Et s’il arrivait quelque chose de grave, un évenement qui pourrait marquer votre vie d'éducatrice, seriez-vous préparées afin de diminuer l'impact de cette tragédie sur votre vie ?

Être préparé, signifie y réfléchir. Simuler en imagerie mentale, des scénarios où l'impensable arriverait. La perte d'un enfant dans le milieu de garde serait un exemple que tous n'aimeraient pas aborder. L'enfant vient de quitter en ambulance et vous aviez entrepris des gestes de réanimation.

Préparer d’avance comment vous réagirez au constat probable du décès. Il faut imager mentalement vos réactions, contrer celles qui ne rejoignent pas vos ambitions ou augmenter ce qui devrait être fait en ce temps tragique.

Généralité:

Dans cette pratique d'imagerie mentale, pensez à vous avant de penser aux autres, que ce soit les parents ou les autres enfants; bien que cette opération ne durera pas longtemps dans votre tête, il est claire qu'en temps réel, c'est sur soit que se déposeront les regards et les questionnements. Vous pensez donc à vous, comment êtes-vous vêtus cette journée-là? Que tenez-vous dans vos mains? À quelle distance êtes-vous des enfants? Etc.

Dans cette pratique d'imagerie mentale, pensez maintenant à tout ce qui est extérieur à vous, progressivement pensez aux enfants, aux jouets plus loin, la température visible par la fenêtre et enfin, l'arrivée des parents sous peu.

Spécifiquement, reprenez dans votre simulation:

  1. Que vous, l'éducatrice, êtes forte parce que vous êtes capable d'empathie et non de sympathie. Cet enfant était remarquable et il manquera à ses parents; mais en parlant de l'évenement à ses parents, vous visionnez que votre vie à vous continuera. Ils pleureront, vous verserez quelques larmes, c'est normal; mais vous gardez en tête que vous avez fait ce qu'il faut et que ce n'est pas votre enfant.
  2. Que vous avez un contrôle sur vous l'éducatrice et que vous n'avez pas de controle sur ce qui est extérieur à vous. Donc les enfants, les jouets plus loin, la température visible par la fenêtre, l'arrivée des parents: Vous n'y pouvez rien.
  3. Que la différence entre ce que vous êtes prête à accepter dans cette simulation et ce qui vous désole, doit être repris jusqu'à satisfaction. Ainsi, vous visualisez qu'un départ trop rapide en ambulance ne remplie pas entièrement votre satisfaction de vous voir intervenir? Il doit alors y avoir un temps plus long accordé à cette intervention. Encore, les mots que vous avez employé auprès des enfants, au aujet du thème de la mort, sont insuffisants? Reprenez, avec précision en voyant le visage des enfants rassurés. Terminons avec la pensée que l'information transmise aux ambulanciers/paramédics est de bonne qualité et très efficace. Conservez bien cette scène positive. Cette scène et d'autres construiront votre confiance, et, en refaisant une activité d'imagerie mentale, votre gestion de la tragédie deviendra meilleure.



Je veux m'inscrire à une formation adaptée à la petite enfance