Instructeurs

 / Politiques des instructeurs

Politique des instructeurs de G.I.S.

« Les dix commandements de l'instructeur chez G.I.S. »


1. Attitude.

Nous serons souriants et de bonne humeur dans les formations.


2. Décorum.

Nous serons vêtus proprement et suffisamment recouvert. Le port du jeans est interdit. Les bermudas, shorts et pantalons 3/4 sont découragés, à moins de conditions spéciales (par ex. l’été où il fait extrêmement chaud).

  1. Nous serons bien coiffés et aurons une bonne hygiène buccale.
  2. Nous ne fumons pas et ne mangeons pas pendant que l’on est en formation.

3. Respect.

Nous respecterons chaque candidat, dans sa différence physique, intellectuelle et morale. Le candidat pourra exprimer des opinions en regard d’une religion, d’une race ou d’un système politique; nous serons très prudents si nous sentons le besoin de répondre.


4. Lâcher prise.

Nous n’obligerons pas les candidats à exécuter les mêmes compétences dans les formations. Nous tenterons de leurs en faire acquérir de nouvelles, mais si nous sentons de la résistance, nous lâcherons immédiatement prise.

  1. Nous évitons à tout prix que le candidat devienne un adversaire. Nous travaillons pour lui. Pour ce faire, les félicitations dans l’accomplissement d’une compétence contribuent à établir de bonnes relations.
  2. Dans le cas où un candidat se montre de lui-même aversif et ne veut pas suivre le cours, nous lui ferons comprendre en souriant que c’est «son cours et pas le nôtre » (c’est lui qui décide). Allons le «rechercher » quelques minutes plus tard; suggérerons-lui une autre compétence.

5. Ouverture.

Nous serons heureux d’apprendre des candidats. Si leur témoignage n’est pas exact, nous le soulignerons avec diplomatie : «C’est intéressant, mais il faut préciser que… ». Évitons les : «C’est inexact », «c’est hors contexte », «c’est faux ».


6. Adaptabilité.

Nous nous adapterons aux besoins physiques et psychologiques de chacun. Il serait possible qu’un candidat aille plus d’une fois aux toilettes, un autre devant prendre sa collation avant le temps ou certains devant s’absenter un court moment pour parler au téléphone cellulaire. Une bonne gestion de classe n’entachera pas le déroulement.


7. Politesse.

Nous serons polis même lorsque notre patience est à fleur de peau. Peut-être que notre vie en ce moment ne se déroule pas comme on l’aimerait, mais les candidats ne doivent pas en être la cible. Ces derniers nous remonterons le moral (involontairement) après une bonne journée de formation. Le vouvoiement est fortement suggéré. Pour éviter l’éloignement, nous prénommons la personne en se servant du vouvoiement.

  1. Les jurons ne sont pas tolérés même si certains candidats l’emploient.
  2. Les remarques grossières pour faire rire sont proscrites.
  3. L’emploi du français sans contraction de mots est fortement encouragé.

8. Gentillesse.

Nous agréerons toutes les personnes gravitant autour de notre journée de formation (personne qui ouvrira le local, visiteurs, etc.). Ces personnes peuvent être très importantes dans l’évaluation complète de la journée de formation. Par ex., les candidats voyant que vous êtes gentils avec eux et moins avec un visiteur impromptu, croiraient en une gentillesse obligée.


9. Persévérance.

Nous persévèrerons dans la bonne tenue de la formation malgré des inconvénients ne finissant plus de déranger. Nous persévèrerons aussi malgré qu’il puisse y avoir une majorité de candidats monotones.


10. Abnégation.

Nous nous oublierons l’instant nécessaire pour comprendre le candidat en besoin. Si nous sommes deux instructeurs à présenter un module, il y a toujours un titulaire et un adjoint. Savoir être 2e violon est très magnanime.